Une initiative de cartographie communautaire des forêts tropicales ouvre la voie à une nouvelle vague de cartographie participative

Misty forest

S’appuyant sur le projet MappingForRights dans le bassin du Congo, les différentes branches de la Rainforest Foundation (Royaume-Uni, États-Unis et Norvège) ont récemment entrepris d’évaluer la faisabilité d’un outil trans-tropical de cartographie interactive en ligne des territoires des peuples forestiers.

D’après la consultation de plus de 70 ONG et organisations autochtones, il existe une demande importante et urgente pour le genre d’outil développé par MappingForRights, pour étayer les revendications territoriales, de gestion et de défense des communautés autochtones. Sachant cela et soutenant les démarches d’évaluations techniques et juridiques, nous avons conçu un système (et cherchons dorénavant un soutien financier pour le développer) qui permet aux structures représentatives des communautés et peuples autochtones d’établir leurs propres plateformes cartographiques, leur donnant ainsi le pouvoir de :

– déterminer les priorités cartographiques en rapport avec leurs travaux au niveau local et national pour les droits fonciers et la protection des forêts ;

– exercer un contrôle sur la collecte et la gestion de leurs données cartographiques, tout en permettant l’agrégation des données à l’échelle régionale et mondiale, ou avec d’autres bases de données et cadastres, au besoin ;

– se prémunir contre une éventuelle utilisation abusive de leurs données sensibles par de tierces parties (sociétés d’exploitation forestière ou société de production d’huile de palme, par exemple), notamment en rendant les communautés propriétaires intellectuels de leurs données ;

– rendre les données géospatiales plus facilement accessibles aux communautés elles-mêmes ;

– partager les expériences, meilleures pratiques, plaidoyers communs et transferts de technologie (sur les systèmes de cartographie communautaire et de surveillance en temps réel développés par le projet MfR, par exemple) avec les groupes autochtones d’autres régions de forêts tropicales.