Nouveau projet – Juristes communautaires en RCA et au Gabon

RFUK a le plaisir d’annoncer le lancement de son nouveau projet en République Centrafricaine et au Gabon, visant à renforcer la capacité juridique des communautés forestières de protéger leurs droits aux terres et aux ressources. Le projet offrira de la formation et un soutien à un minimum de 10 diplômés en droit et de 15 parajuristes communautaires qui seront basés au sein des communautés forestières sur une base permanente. Ce nouveau réseau offrira un soutien et de la formation aux communautés forestières, leur permettant d’utiliser de façon plus efficace les lois qui affectent leurs communautés et, le cas échéant, de faire le plaidoyer pour l’amélioration des cadres juridiques. En conséquence, les communautés auront des arrangements relatifs à la propriété de la terre plus stables, un accès aux recettes forestières, et seront consultées convenablement sur des questions les concernant. RFUK mettra en œuvre ce projet en collaboration avec ses partenaires, la Maison de l’Enfant et la Femme Pygmées (MEFP) en RCA et Brainforest au Gabon.

Les communautés forestières au Gabon et en RCA vivent dans des conditions de pauvreté et de marginalisation alarmantes. Ces groupes n’ont pratiquement aucun droit légal sur leur territoire et ils bénéficient rarement des projets de développement ou de l’exploitation de la forêt qu’ils ont traditionnellement habité. Bien que la RCA a adopté des lois pour la protection et la participation des peuples autochtones, la mise en œuvre de ces lois a été très lente. Au Gabon, les peuples autochtones sont mentionnés dans le Plan de Développement des Peuples Autochtones, mais celui-ci n’a pas été appliqué. Dans ce contexte, le projet vise à renforcer les capacités locales d’utiliser la législation existante pour promouvoir les droits des communautés sur des questions telles que le droit au consentement libre, informé et préalable ; l’accès des communautés aux impôts forestiers ; la désignation des forêts communautaires ; l’établissement d’obligations légales des sociétés forestières et leur application ; et la participation des communautés dans la gestion des zones de conservation. Le projet visera aussi à garantir que les communautés forestières exercent pleinement leurs droits de citoyenneté et à faire avancer le débat national sur les droits fonciers des peuples autochtones.

En s’appuyant sur sa vaste expérience de travail en République Centrafricaine et au Gabon, ainsi que sur un projet similaire que RFUK a mené avec succès au Cameroun entre 2004 et 2007, l’approche du projet sera le renforcement des capacités à long terme et l’utilisation des méthodologies participatives afin de garantir que les communautés orientent le projet, identifient les défis et élaborent des stratégies collectives pour y faire face. Des consultations et un suivi continus veilleront à ce que toutes les actions sont basées sur les réalités, l’expérience et les attentes des communautés. Le projet impliquera également les représentants du gouvernement, les médias et les membres de diverses organisations de la société civile, afin de favoriser l’appropriation et la compréhension des enjeux.

Ce projet bénéficiera directement à près de 20,000 personnes dans 80 communautés de la RCA et du Gabon, et procurera des améliorations durables pour les communautés forestières et la société civile en général, car il fera avancer le débat national sur les droits des peuples autochtones et renforcera les capacités juridiques, politiques et de plaidoyer des organisations de la société civile. Ces actions auront également un impact positif sur l’environnement, car il est largement reconnu que l’accès des communautés aux forêts et le recours aux connaissances locales et des communautés autochtones sont essentiels pour la protection et la gestion des écosystèmes forestiers. Le projet terminera en 2014, mais il a été soigneusement conçu pour assurer la durabilité de ces efforts à long terme.